Ils sont 7 a avoir parlé des mets d’Antoine Westermann pour le Goncourt !

Antoine Westermann Blog
12/12/15

Journal "La matinale du Figaro" du 04/11/2015 :

Mathias Enard un Goncourt de style
"...Après toutes ces émotions, il était temps de passer aux choses sérieuses. Antoine  Westermann, chef du restaurant Drouant, mérite le Goncourt de la cuisine avec sa soupe de grenouilles au cerfeuil, son filet de sole poché sauce crémeuse au Riesling et la noisette de chevreuil poêlée, tourte au foie gras."


Le Figaro.fr du 03/11/2015 :
Goncourt 2015 : soupe de grenouille, hirondelles et bousculades
par Noémie HALIOUA
Cliquez ici pour lire tout l'article sur "Le Figaro.fr"

 

L'Express.fr du 04/11/2015 :
Mathias Enard et le Goncourt: "J'avais l'impression d'être dans un film de zombies!" par Baptiste LIGER
"A votre avis, il y aura du monde?", s'interroge Mathias Enard qui, en attendant, a quelques hésitations sur le menu de chez Drouant. "C'était de la lotte, non? Ou de la sole? On a enchaîné avec des ris de veau, puis avec un filet de boeuf. Ah, c'était du chevreuil? Bon, avant que j'arrive, il y a eu aussi des cuisses de grenouille..."
Cliquez ici pour lire tout l'article sur "L'Express.fr"

 

France TV Info du 03/11/2015 : Cliquez ici pour voir la vidéo


Petit Journal de Canal+ du 03/11/2015 : Cliquez ici pour voir le replay


• Blog de Gilles Pudloswki du 03/11/2015
Mon déjeuner Goncourt
par Gilles PUDLOSWKI

"Drouant? Vous connaissez par coeur. Mais, un jour de Goncourt, ici même, c’est autre chose: la maison met les petits plats dans les grands. Quand j’ai démarré, il y a quatre décennies, dans la chronique littéraire (c’était au temps des « Nouvelles Littéraires » de Philippe Tesson), ces repas pantagruéliques me faisaient rêver. Aujourd’hui, je me dis: « mais comment font ils pour avaler tout ça? » Mais il y a le doigté Westermann, la délicatesse de l’ensemble, le fin dosage des mets, la légèreté du style sous la générosité du propos.
Chaque année, en tout cas, le grand Antoine invite quelques amis pour goûter ce grand menu de fête. Nous étions donc, Yann Queffelec, Hermine de Clermont-Tonnerre, PPPDA, Philippe Gildas avec Maryse, moi-même et quelques autres pour faire, au pied des marches où l’on annonce Goncourt et Renaudot, un sort à ces agapes de rêve. La tradition d’Alsace y donnait la main au grand classicisme parisien revue en finesse. Jolie soupe de grenouille au cerfeuil, fraîche terrine de saint-jacques aux poireaux, huîtres et caviar, riche filet de sole pochée avec sa sauce crémeuse au riesling faisaient office de premiers mets de haute volée.
Le tout était ponctué de vins ad hoc: champagne Drouant blanc de blanc en magnum, riesling Geisberg grand cru 2011 de chez Kientzler à Ribeauvillé, puligny-montrachet 1er Cru Champ Canet de Jean-Marc Boillot. On poursuivait avec le salade de mâche aux ris de veau panés et légèrement rôtis avec ses cèpes crus, flanquée d’un Terres d’Epices AOC Grignan les Adhémar de chez Bour au domaine de Grangeneuve en 2010, plein de sève, de fruit et … d’épices. Avant la noisette de chevreuil poêlée avec sa tourte de foie gras qu’escortait un prodigieusement séducteur haut médoc du château Bertrand Braneyre Vieilles Vignes 2006 au nez sauvage.
On ne négligeait évidemment pas le magnum 2004 de Château Rauzan-Ségla en Margaux qui épousait à merveille le fromage de brebis Ossau-Iraty avec son chutney de figues, juste avant la « fameuse » brioche perdue avec sa poire caramélisée et sa glace à la bière qu’on pouvait choisir d’arroser aussi bien d’un Ruinart Rosé issu de magnum, d’une bière Météor Pils ou d’un marc de gewurztraminer ou d’une poire de chez le maestro distillateur Hagmeyer à Balbronn.
Sur le chemin du retour, quelques membres de l’Académie m’attendaient en terrasse, les plus gourmands d’entre eux en tout cas, qui, comme Philippe Claudel, Patrick Rambaud, Didier Decoin et Bernard Pivot sirotaient leur poire – certains avec un cigare. « Tu peux dire merci aux Goncourt« , me lança fièrement ce dernier. Et il n’avait pas tort. Merci donc à eux, comme à Westermann et à son équipe, qui avaient dignement fêté une assistance de choix."
Cliquez ici pour lire tout l'article sur le blog de Gilles Pudloswki

 

• Blog "Positive Eating Positive Living" du 04/11/2015 :
Le menu déjeuner du jury Goncourt 2015
par William CHAN TAT CHUEN

"Si le monde littéraire attend avec impatience le nom du lauréat, j’attends avec impatience de connaître aussi le menu du déjeuner servi suite à l’annonce du prix, signé et annoncé cette année par Antoine Westermann sur sa page FB, dont les photos illustrent cet article. ..."

"...Pour fêter le 100ème anniversaire de résidence de l’Académie Goncourt à la table de Drouant, les murs sont décorés avec des mots sur les mets ! Des plaques dorées avec des citations de chacun des jurés évoquant cette alliance entre table et livres décorent dorénavant la salle du rez-de-chaussée du restaurant. « En cuisine comme en littérature, le grand naît du sincère », proclame ainsi Philippe Claudel. Vous pourrez réserver aussi cette salle historique pour vos repas privés."
Cliquez ici pour lire l'article sur le Blog "Positive Eating Positive Living"

Aux dernières nouvelles...